Vision

Care and Connect

Depuis le début du XXIème siècle, nous sommes entrés dans une phase sans précédent de développement technologique, qui affecte tous les compartiments de la vie personnelle et professionnelle des individus, et qui modifie en profondeur les organisations et les processus des entreprises.
Face à cette poussée technologique, qui tend à « mécaniser » les relations entre les personnes, se développe progressivement un besoin de ré-humanisation des rapports humains.
PHO La place de l'Homme au Centre de l'Organisation - Bienveillance
Il existe un antidote pour répondre à ce besoin : une culture humaniste, qui remet l’Homme au centre des choses.

L’objectif est de conscientiser tout le monde sur les enjeux, sur les valeurs, sur les comportements, de faire prendre conscience à chacun qu’il a une part de son destin entre ses mains, pour créer un monde meilleur.

Pour que les entreprises soient performantes, réactives, agiles, il faut replacer le développement des potentialités humaines, l’épanouissement de chacun, la reconnaissance au cœur de la culture d’entreprise, sans dénaturer sa culture propre. C’est à cette condition qu’elles attireront et fidéliseront des talents, qu’elles permettront aux énergies de se libérer au service de la stratégie et de la performance.

Notre Mission : La transformation culturelle et managériale par la confiance et la bienveillance

Nous travaillons sur la culture, le système de management et le leadership de l’entreprise. Il s’agit de permettre aux décideurs de comprendre les dynamiques humaines et sociales qui renforcent les organisations dans la mise en place de leurs stratégies.

Il s’agit de mettre en place des systèmes, des processus, des fonctionnements collectifs, bref, d’ajuster les cultures vers une plus grande préoccupation pour le développement des potentialités de chacun au service de la performance de l’organisation.

Ce besoin de ré-humanisation des rapports humains doit être compris et pris en compte par les entreprises, pour attirer les talents, pour les retenir, pour les amener à donner le meilleur d’eux-mêmes à l’organisation. Ce n’est pas un hasard si un nouveau modèle d’organisations, appelées « entreprises humanistes », voit le jour ces dernières décennies. L’Homme, ses besoins et ses aspirations y sont replacés au centre.

 

L’objectif est de faire prendre conscience à chacun qu’il a une part de son destin entre ses mains, pour créer un monde meilleur.

Les entreprises abordant leurs grandes transformations avec un prisme humaniste donnent ainsi du sens à l’action. Il s’agit pour elles d’organiser le changement de manière profonde, en réinterrogeant leurs valeurs, les comportements et les pratiques professionnelles partagées par leurs collaborateurs.

Si la direction doit impulser cette transformation culturelle et garantir l’alignement avec la stratégie « business », il revient aux managers de faire accepter et adopter les nouvelles postures, les nouveaux rituels et les nouveaux modes de fonctionnement dans l’ensemble de l’entreprise.

Ceci est un travail complexe auquel on peut répondre de nombreuses manières. A nos yeux rien ne peut advenir dans un collectif humain sans la confiance. Cette confiance fonde l’action collective et permet de lui donner sa cohérence. C’est la confiance que chacun a pour son manager, son équipe et son entreprise qui permet aux équipes d’accompagner les changements proposés. Cependant pour suivre Georg Simmel, la confiance comme « suspension temporaire d’un doute rationnel » est fragile.

Permettre aux collaborateurs de s’engager, c’est travailler sur leur rapport à l’entreprise, à leur manager, à leurs collègues et à leur projet. Ceci a pu s’abimer avec le temps.

La multiplication des injonctions à la confiance n’arrange rien et fait reposer sur les épaules des managers la grande responsabilité de créer la confiance dans l’avenir auprès de leur équipe opérationnelle. A force de leur demander de faire confiance à leurs équipes, d’inspirer eux-mêmes la confiance, de faire que leurs équipes aient confiance, on a créé du doute.

Dans un monde turbulent où les « fake news » ont envahi l’espace public, le manager est dessaisi de la signification de la confiance, et de sa responsabilité sur ce point. Un cynisme s’installe.
PHO La place de l'Homme au Centre de l'Organisation - Management

Nos modes d’intervention reposent au contraire sur la confiance, entendu comme la capacité des acteurs de l’organisation à accepter la réalité telle qu’elle est et les impliquer dans la recherche de solution en toute transparence. Notre mission est de construire la confiance entre tous les acteurs qui permet la coopération et plus encore l’intelligence de la coopération. Nous sommes convaincus que la libération des énergies dans les organisations passera par la capacité à innover collectivement en créant cette nécessaire intelligence collective.

 

Ceci n’est possible sans un ingrédient clé qui est la bienveillance. : dans les équipes, dans le management, dans l’organisation, elle se traduit comme l’attitude de chacun envers chacun, qui consiste à vouloir le bien de l’autre en étant attentif à ce qu’il est et en prenant soin de sa personne.

 

La bienveillance est le ciment relationnel qui permet que ne soit pas remise en cause la confiance dans des moments potentiellement tendus et conflictuels. Elle émerge donc comme l’antidote naturel à l’extrême mécanisation des relations issues du développement technologique, comme un accélérateur de transformation culturelle des organisations, et un vecteur de la performance opérationnelle.

Vous avez une question ? Vous souhaitez nous contacter ?